Mardi 18 mai 2021

Préparation (Actes 1,15-26)


Lire le texte

L’Eglise n’est pas encore prête. Le groupe des apôtres n’est pas encore au complet. Il y a un drame intérieur à guérir avant de pouvoir rejoindre autrui et le monde. Apparemment, il fallait que Juda trahisse son groupe et son maître, comme il fallait que Jésus meure sur la croix – c’est un fait, et on ne peut pas remonter au-delà de ce fait. On peut souhaiter que cela se passe autrement, mais la réalité résiste avec toute sa brutalité (v. 18). On peut juste le reconnaître et remettre à Dieu la guérison (v. 26). Est-ce du fatalisme? Seulement si l’on se croit enfermé par ces faits. Or, c’est ce que le témoin de la résurrection n’est pas: par la rencontre du Crucifié ressuscité, il est libéré de tout enfermement. L’histoire continue. Pierre, un traître aussi, peut se lever et parler comme il le fait (v. 15), parce qu’il vit de la foi et du pardon de Dieu, parce que lui-même est témoin du fait que Jésus de Nazareth est le Christ de Dieu. Aujourd’hui, le groupe s’est élargi par rapport à ce cercle de 120 disciples. Matthias a été élu et les Galiléens et Galiléennes sont au complet, prêts à recevoir l’Esprit saint. Pour que les nouveaux témoins puissent prendre leur place dans le cercle, il faut que la communauté initiale prenne le temps de la reconnaissance, du manque et de l’incomplétude, de la blessure à guérir et de la violence à nommer. Et remettre ce qui précède comme ce qui suit à Dieu.

Elio Jaillet

Prière: Seigneur, si je n’ai pas le courage de mes blessures, que ta Parole me convertisse.  

Référence biblique : Actes des Apôtres 1, 15 - 26

Commentaire du 19.05.2021
Commentaire du 17.05.2021